Bourgogne Passions

Category Archives: articles

zoom
Commentaires fermés sur Nuits saint Georges : le vin dans les étoiles

Nuits saint Georges : le vin dans les étoiles

Entre Dijon et Beaune ,il y avait une place à prendre .Nuits saint Georges s’y est installée confortablement .
Cette petite cité dont les origines remontent à l’antiquité ,dispute sans complexe son activité viticole avec Beaune .Elle est montée au firmament avec les astronautes qui ont baptisé un cratère de la lune « saint Georges » ,quoi de plus normal pour la patrie de F Tisserand .
Ses belles demeurent du XVIIIe n’ont rien à envier à Dijon .Je vous propose une promenade entre ses petites rues et ses vignes .
Nuits saint Georges peut réserver bien des surprises

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin
Commentaires fermés sur L’amour est dans le jardin

L’amour est dans le jardin

Il y a bien longtemps que le bastion saint Martin n’a déployé sa machine de guerre. Ses fossés ont été transformés en un écrin de verdure, et le seul risque que l’on encourt à le traverser est de recevoir une flèche du petit cupidon qui se trouve aux pieds du bastion.

Entre 1759 et 1780, Jean-François Maufoux, maire de Beaune, entreprend de nombreux travaux d’urbanisme. Les remparts qui cerclaient la ville deviennent des lieux de promenade, les portes fortifiées sont abattues ouvrant la ville sur les campagnes environnantes.
Le bastion Saint Martin est réaménagé en 1765. Les travaux dirigés par l’architecte Nicolas Lenoir le Romain en font en une esplanade, accessible par des rampes et des escaliers.
Au siècle suivant, Les travaux de couverture de la Bouzaize à la fin des années 1870 et la démolition de la porte Saint-Martin vers 1887 donnent naissance à de nouveaux projets. Sous la municipalité de Paul Bouchard, la réfection totale du bastion est alors prévue : les rampes, les escaliers, les sculptures et le fronton sont concernés. Le sculpteur Creuzot est chargé des travaux d’embellissement. Les travaux d’aménagement sont attribués à Joseph Moret en 1887 et à Mourdon Bard en 1890.
Le fossé est comblé et permet ainsi l’aménagement d’un jardin au pied du bastion, des arbres remarquables sont plantés : platane à feuilles d’érables, oranger des Osages et l’arbre aux 40 écus qui déploie ses feuilles d’or illuminant nos sombres jours de novembre. En 1893, l’éclairage du square est mis en place.

Pour compléter la métamorphose du site une élégante statuette représentant Cupidon vient y prendre place.
Cupidon était, dans la mythologie romaine, le fils de Venus, déesse de l’amour. Il était décrit comme un très bel enfant capricieux, armé d’un arc et des « flèches du désir ». La légende veut, que Venus jalouse de Psyché (« l’Ame ») demanda à Cupidon de rendre celle-ci amoureuse de l’être le plus laid de la terre. Mais quand Cupidon vit Psyché, c’est lui qui en tomba amoureux et de leur union naquit une fille : Volupté.

Me de Pompadour, maitresse de Louis XV, redoutait plus que tout de perdre les faveurs de son royal amant . A défaut de pouvoir utiliser les flèches du désir ,elle commanda au sculpteur Maurice Etienne Falconet une représentation de Cupidon ,pour son hôtel d’Evreux à paris (l’actuel palais de l’Elysée) .S’inspirant du mythe ,il représente Cupidon sous la forme d’un petit garçon ailé ,niché dans nuage ,le doigt porté aux lèvres demandant le silence pendant qu’il cherche une flèche dans son carquois pour frapper sa prochaine victime .Une belle représentation de l’amour qui frappe aveuglément toute personne .Quelques roses autour du socle donnent son aspect léger à cette scène .

Une reproduction (l’original est maintenant au Louvre) de cette œuvre vient prendre place dans ce jardin lors du réaménagement. Comme piédestal, on reprit, le socle d’une croix rogatoire en cuivre doré, offerte au XVI siècle à notre dame de Beaune par HUMBERT Legoux de la Berchère doyen du chapitre. Placée en avant du portail sur un socle de pierre rosée finement travaillé, cette croix fut démolie à la révolution. Cependant le socle échappa à la destruction et fut placé au cimetière saint Jean puis transporté dans ce jardin après le déménagement de ce cimetière.
Voilà christianisme et mythologie réunis ensemble pour célébrer l’amour ! N’allez pas croire que leur vie fut toujours un long fleuve tranquille

Dans les années 80, ce petit cupidon va subir les assauts d’un promeneur indélicat, la plainte déposée à cette occasion précise :
« Il est possible que quelqu’un ait voulu grimper sur cette statue haute de cinq mètres environ et se soit cramponné sur la tête qui n’est qu’enfoncée sur un cône. Cette tête s’est détachée et a brisé le bras droit de la statue en tombant «.
Fort heureusement les services municipaux ont procédé à des réparations que l’on distingue à peine.

Voilà l’histoire un bastion défensif, devenu jardin ou Cupidon s’apprête à lancer les flèches du désir en attendant la venue de volupté. On rêverait de voir nos actuels chants de bataille en Syrie ou en Irak ainsi transformés

cupidon

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin
Commentaires fermés sur En voir de toutes les couleurs

En voir de toutes les couleurs

Les recherches de Michel Pastoureau ont mis en évidence combien la symbolique des couleurs qui nous imprègne depuis la nuit des temps est entrée dans notre langage ,jugey en plutôt!

Lire la suite

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin
Commentaires fermés sur Sabler le champagne ?

Sabler le champagne ?


Sabler le champagne ou mettre le couvert ,voilà des expressions qui sont totalement sorties du contexte culturel qui les a vu naître et si nous(en tout cas les francophones) en devinons la signification cachée,avouez que l’ensemble des ces mots pris au sens littéral donnerait un résultat pour le moins curieux

Les arts de la table conservent la mémoire des temps passés. Les dieux de l’antiquité aimaient manger couchés. A leur image grecs et romains aisés prenaient leurs repas allongés autour d’une table. Le christianisme a imposé une vision plus égalitaire ou toute la maisonnée partage le repas autour d’une table, il fallait faire table rase du passé.

Nos ancêtres auraient sans doute été très étonnés de voir une pièce spécialement consacrée pour les repas (notre actuelle salle à manger). Au moment du repas, on installait des tréteaux le long des murs : on dressait la table. Tous se retrouvaient autour d’un plat unique, seuls quelques privilégiés étaient servis de façon individuelle. Par crainte de l’empoisonnement, ils exigèrent que leurs plats soient couverts, d’où la nécessité de mettre le couvert. Puisqu’on s’asseyait sur des bancs on banquetait, il fallait cependant s’habiller élégamment. On pouvait ainsi de confectionner un vêtement dans un drap de « trentain », tissu de très belle qualité composé de trente centaines de fils, une belle façon de se mettre sur son trente et un.

Les arts de la table conservent la mémoire des temps passés. Les dieux de l’antiquité aimaient manger couchés. A leur image grecs et romains aisés prenaient leurs repas allongés autour d’une table. Le christianisme a imposé une vision plus égalitaire ou toute la maisonnée partage le repas autour d’une table, il fallait faire table rase du passé. Nos ancêtres auraient sans doute été très étonnés de voir une pièce spécialement consacrée pour les repas (notre actuelle salle à manger). Au moment du repas, on installait des tréteaux le long des murs : on dressait la table. Tous se retrouvaient autour d’un plat unique, seuls quelques privilégiés étaient servis de façon individuelle. Par crainte de l’empoisonnement, ils exigèrent que leurs plats soient couverts, d’où la nécessité de mettre le couvert. Puisqu’on s’asseyait sur des bancs on banquetait, il fallait cependant s’habiller élégamment. On pouvait ainsi de confectionner un vêtement dans un drap de « trentain », tissu de très belle qualité composé de trente centaines de fils, une belle façon de se mettre sur son trente et un.

Sabler le champagne : cette expression provient du verbe « sabler », qui signifiait « boire un verre d’alcool d’un seul trait ». A cette époque, on soufflait dans la coupe pour l’enduire de buée, puis on la saupoudrait de sucre. De cette façon, le vin était encore plus pétillant, mais il fallait le boire rapidement, il fallait donc sabler son verre. Piquer » qui signifie manger par ci et par là, a donné notre pique-nique.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin
zoom
Commentaires fermés sur Voyage au coeur des expressions françaises

Voyage au coeur des expressions françaises

Une langue n’est pas faite que de mots et de phrases mais elle est surtout construite autour d’un langage imagé qui ne cesse d’évoluer, qui se transmet de générations en générations. Ce langage est parvenu jusqu’ à nous à travers d’expressions que nous employons quotidiennement sans toujours en connaitre le sens.
Du pot aux roses à la langue de bois* parions que vous donnerez votre langue au chat* !

Certaines expressions ont quelques siècles et proviennent des milieux populaires. Le peuple avait son propre langage, correspondant à son mode de vie et ses réalités quotidiennes. Ces expressions sont aujourd’hui totalement sorties de l’environnement culturel qui les a vu naitre et leur sens «ne peut pas être toujours déduit de l’addition des sens des mots qui les constituent » selon le linguiste Claude Hagège. Elles jouent de la différence entre la signification de chaque mot mais qui accolés ensemble forment une phrase qui peut avoir un tout autre sens.
Par exemple : découvrir le pot aux roses : on sait ce que sont un pot et une rose et que signifie découvrir, mais … l’ensemble de ces mots signifie : mettre à jour un secret bien gardé, sens que ne laissait pas forcément prévoir l’addition de ces mots. Au moyen Age, on soulevait le couvercle d’un pot contenant une préparation faite de pétales de roses dégageant un parfum agréable afin de masquer les mauvaises odeurs des habitations. Avoir pignon sur rue ou tenir le haut du pavé évoquent les villes médiévales ou il était d’usage de construire sa maison avec le pignon sur la rue. Dans les rues nauséabondes, les égouts s’écoulaient par une rigole centrale, il était de bon ton de laisser les personnes de haute condition marcher sur le haut du pavé afin qu’elles ne se mouillent pas les pieds dans l’égout central. Chaque matin le commerçant ouvrait ses volets sur la rue et y étalait sa marchandise. Les clients pouvaient ainsi trier sur le volet ce qu’ils souhaitaient acheter .Le soir , le commerçant pliait boutique .

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin